Toronto, Ontario

Surf the Greats

Antonio Lennert

Qu’est-ce qui manquait à votre avis dans la communauté de plein air ?

Il n’y avait pas beaucoup d’information qui circulait au sujet des activités à Toronto. Même s’il est possible de faire pratiquement tout dans la ville et ses environs, j’ai dû travailler très fort pour trouver des renseignements et des communautés auxquelles me joindre. Je trouvais aussi que le manque d’engagement envers les milieux naturels était flagrant.

 

Comment STG résout-il ce problème ?

Je ne dirais pas que nous avons résolu le problème, mais plutôt que nous avons contribué au changement. Nous renseignons les gens et nous leur offrons de l’information qui leur permet de connecter avec notre environnement naturel par l’entremise d’activités comme le surf, le surf à pagaie et le yoga sur la plage. Nous avons commencé à unifier notre communauté en organisant des événements comme le nettoyage des plages, tout en travaillant très fort à faire connaître les Grands Lacs en tant que destination de surf à l’échelle planétaire. Nous avons unifié beaucoup de petites communautés de surf d’un peu partout grâce à #surfthegreats.

 

Qui participe à vos événements ?

Des enfants comme des aînés, et des gens issus de tous les milieux. Ce que nous avons en commun, c’est une passion pour la nature et un sentiment général de bienveillance. Nous respectons et célébrons nos différences. Que vous soyez un surfeur ou non, peu importe – vous faites partie d’une communauté d’amoureux de plein air dans le plus grand centre urbain du Canada.

 

Quels sont les talents requis pour être entrepreneur dans le domaine du plein air ?

Je pense que ça prend beaucoup de courage. Vous devez avoir de nombreuses compétences, puisque vous êtes aux commandes d’à peu près tous les aspects de votre entreprise. J’ai une formation de designer graphique et je pense qu’il s’agit d’une de mes plus grandes forces, puisque la façon de penser en design et la méthodologie employée s’appliquent à n’importe quelle tâche ou presque. En plus du talent, je pense qu’il faut avoir beaucoup de soutien pour réussir. Je me sens privilégié de bénéficier du soutien d’autant de personnes de notre communauté et d’entreprises comme MEC, qui voient l’intérêt de mon projet et qui souhaitent m’aider à réaliser mon rêve.

 

Que voulez-vous dire aux gens à propos de STG, qui ne saute pas aux yeux ?

Je voudrais insister sur le fait que les participants n’ont pas à être des surfeurs. Même si mon projet est établi autour de la pratique du surf, nous avons beaucoup à offrir pour tous.

 

Qu’est-ce qui est le plus précieux selon vous dans votre communauté ?

La confiance. Notre communauté nous soutient parce qu’elle a confiance en nos valeurs et en nos actions. Nous avons dû gagner cette confiance en prouvant en cours de route que nous avions les intérêts de tous à cœur.

 

Quels ont été les plus grands défis ?

Puisque nous ouvrons la voie à ce genre de projet de ce côté du globe, nous avons eu de la difficulté à créer une entreprise viable financièrement dans un endroit où le surf est pratiqué de façon plutôt sporadique et où les saisons jouent un si grand rôle dans le choix de nos activités extérieures. Nous avons plusieurs années d’essais et d’erreurs derrière la cravate, à tenter de comprendre comment tirer profit de chaque saison et à gérer notre entreprise de façon peu coûteuse et intelligente afin de répondre à la demande pour les leçons de surf et les excursions en surf à pagaie. Une fois la décision prise d’ouvrir une boutique physique, nous avons eu de la difficulté à obtenir du financement. Présentez-vous à une banque ou devant un investisseur en capital-risque pour demander un prêt dans le but d’ouvrir une boutique de surf au centre-ville de Toronto… vous verrez les réactions. Heureusement, nous avons réussi à obtenir du financement d’investisseurs privés et d’entreprises qui croient en ce que nous faisons.

 

Quel est votre état d’esprit actuel ?

Concentration et conscience. Malgré le rythme fou de ma vie ces derniers temps, j’ai réussi à rester bien enraciné grâce à la méditation pleine conscience et au yoga que je pratique sur une base quotidienne.

 

Quel est votre plus précieux souvenir ?

Le jour où j’ai surfé sur les Grands Lacs pour la première fois. Cette expérience a changé ma vie à tout jamais.

 

Quelle est votre destination de rêve ?

J’aimerais tant aller me perdre en Indonésie, sur les îles de Java et de Sumatra, pendant un an.

 

Quelle est votre devise ?

Il n’y a pas de mauvaise journée.

 

Qui sont vos héros ?

Ayrton Senna, Terry Fox, Gerry Lopez et Yvon Chouinard.

 

Où vous sentez-vous chez vous ?

Là où il y a des vagues.

 

Vous voulez surfer sur les vagues avec Antonio ?

Photo: Denise Militzer
voir tous

les gagnants

De retour à la page d'accueil